Min Viux Hinnin

Nous devons, à l'amabilité de deux de nos concitoyons, MM. Lucien et

Fernand CHEVALIER, artistes-peintres, la chanson ci-après, toute locale, écrite,

pendant la guerre, sur l'air de nos vieilles cloches communales dont

la voix émouvante est à jamais éteinte.

 

Ancienne Mairie

Min viux Hinnin, j' t'ai querre !

J' pins' à ti comm' à m' mère.

Quand chou qué j' té r'verrai ?

Pus jommais après j' té quitt'rai.

Pour mi té toudis bin.

J' t'ai querr' min viux Hinnin.

 

Tes masons n' sont point belles

Mais j'ai d' l'amour pour elles.

In s' tord el pied souvint.

Tes pavés sont viux, mais infin

Peuv'nt prindr' des précautions

Chell's qu'ont des hauts talons.

 

T'es toudis plein d' funquèr'

Autant que d'noir' poussièr'.

Cha vient d' chés quéminnées

D'ech carbon qu'in vient d' déquerquer

Et cha rind ingongnées

Chés femm's in train d' nettier.

 

Mairie 2

L' Pint'conte, el fiêt' d'Hinnin,

Cha ch'est des biaux momints.

Chés jonn's gins sont bénaches

Y font plus d' vingt fos l' tour des Plaches ;

Au soir y vont danser.

Chés viux jutt'nt au piquet.

 

Et puis tes biaux marqués

Dù qu' tous chés blancs bonnets

Vont fair' leu provisions

Tout in faisant aller leu langu'

Tint qu'à midi passé

El soup' n'est point derchée.

 

Infin ! chou qu'ech j' demande

Quand ech quitt'rai ch' pauv' monde

Cha s'ra d'êtr' intierré

A Saint-Roch. Comm' cha j' s'rai berché.

Pindant l'éternité

Par les sons du passé.

                                                                  

"Le Bulletin Municipal n°36 de Janv/Fév. 1926 nous indique qu'il peut exister plusieurs  adaptations 

 d'Hénin... il y a plus de cent ans.... en effet, les paroles auraient été adapté à l'air

que répétait sans cesse le Carillon de l'ancienne mairie                                                

                                                                                Photos : Hennium